Retrouver un acte de mariage grâce à la Base Salons. De l’utilisation de la Base Salons 1673-1914 du Musée d’Orsay en prosopographie 1/2.


Résumé : Ce billet est la première partie d’un sujet traité en deux temps. Il s’agit ici d’aborder un usage particulier de la Base Salons 1673-1914 d’Orsay dans les recherches biographiques. L’emploi de la Base Salons en recherche quantitative sera abordée dans un second temps. La référence sera ajoutée ici à sa parution.


Lancée en 2006 et mise en ligne à l’été 20161, la Base Salons est un outil incontournable pour les historiens de l’art. Elle a pour vocation d’informatiser, centraliser et de rendre accessible les livrets de salons parisiens ainsi que provinciaux dans une base interrogeable. La difficulté d’accès aux sources papier, éparpillées et fragiles, a abouti à la prise de conscience que leur non-centralisation est un frein à la recherche.

J’ai dû consulter les catalogues […] pour reconstituer les élèves de quelqu’un. […] C’est une source non seulement incontournable, mais c’est presque la seule. J’ai compris qu’il y aurait de nouveaux types de recherches qui ne seraient possibles que si ces livrets étaient informatisés. Par exemple des recherches sur la sociabilité des artistes. Que l’on puisse pouvoir extraire tous les artistes d’un quartier, à une date donner et ainsi savoir qui a pu côtoyer qui ou qui a succédé à qui dans l’atelier du 22 rue des martyres. C’est quelque chose que l’on ne peut pas faire à la main2.

Sans cesse alimentée, la base est désormais suffisamment dense et homogène sur la période 1860-1914. Elle donne l’opportunité de reconstituer les parcours d’artistes jusque là inconnus grâce à l’exploitation de techniques de recherche. Celles-ci permet alors de contourner certains obstacles rencontrés en prosopographie.

Une base d’envergure

La Base Salons regroupe tous les catalogues du Salon du Louvre depuis ses origines avec l’exposition de 1673 au Palais-Royal. Dans un souci de représenter les évolutions sur le temps long, la base intègre les grandes ruptures institutionnelles du XIXe siècle. Elle marque ainsi le transfert de responsabilité du Salon de Paris à la Société des Artistes Français (SAF). De même, elle rend compte du processus de multiplication et diversification des expositions collectives de la fin du XIXe siècle suite au désengagement de l’État3. Il est alors possible de comparer les évolutions des participations des artistes aux salons de la SAF et le Salon de la Société Nationale de Beaux-Arts (SNBA).

La Base Salons réunit à ce jour près de 400 livrets dont moins de la moitié concernent des expositions parisiennes4 L’importance attribuée aux expositions en dehors de Paris s’insère dans un travail de longue halène d’inventaire des fonds d’archives éparpillés5.

Reconstituer les parcours individuels.

Les informations rassemblées dans la Base Salons permettent de reconstituer partiellement les parcours individuels des artistes par une exploitation systématique des notices d’œuvres et des récompenses qui y sont mentionnées. Le rassemblement des Salons de tous types offre des aperçus des participations en dehors de la capitale et permet d’entrevoir l’insertion des artistes au sein d’un marché décentralisé aussi éclectique que considérable. Ces parcours individuels entrevus par la Base Salons se combinent aux archives civiles pour une approche prosopographique.

Sans parler de méthode6, le style de recherche prosopographique requière une abondance de sources a priori homogènes et sérielles. Les archives d’état civil sont ainsi privilégiées, car elles indiquent non seulement des informations biographiques sur l’individu – dates, lieux de naissance, notes marginales – mais aussi sur son entourage par les mentions des professions des parents et des conjoints qui permettent d’évaluer son rang social. La saisie de l’information prosopographique se rapproche de la recherche généalogique. Ce parallèle est d’autant pertinent dans le domaine de la recherche sur les artistes femmes où les ego-documents sont rares7. La prosopographie permet alors d’effectuer des recherches sur des individus dont on ne dispose pas de sources. Réaliser une prosopographie nécessite de reconstituer un à un les différents parcours individuels qui la composent. La prosopographie se fait alors la synthèse de multiples biographies et dont la vocation finale est d’éviter l’écueil de « l’illusion biographique »8.

Les sources d’état civil sont très lacunaires pour Paris, car l’absence d’un recensement nominatif de population, pourtant en vigueur partout ailleurs, rend les recherches prosopographiques complexes. De plus, la perte de l’état civil pour la période antérieure à 1860 finit de transformer une recherche généalogique « classique » en archéologie archivistique. Les sites généalogiques ne sont pas toujours d’un grand secours, car les chasseurs d’ancêtres sont confrontés aux mêmes problèmes. Ainsi, la densité des données incluses dans la Base Salons permet de contourner l’absence de recensement parisien.

Un exemple d’utilisation de la Base Salons en généalo-prosopographie

Le cas traité ici en exemple est tiré d’une base de données prosopographique constituée dans le cadre d’une thèse de doctorat9. Jeanne Caillet a été choisie pour l’absence de littérature la concernant. La présente partie propose de suivre le fil de la recherche généalogique en explicitant les méthodes.

En 1897, une certaine demoiselle Jeanne Caillet expose au Salon de la Société Lorraine des Amis des Arts10.

Catalogue de la XXXIVe exposition 1897

L’adresse parisienne ne laisse aucun espoir de rebondir sur le recensement. Sans date de naissance, même approximative, l’acte est difficilement trouvable, car la probabilité de tomber sur un homonyme est encore forte.

Capture d’écran de la Base Salons

Une recherche dans la Base Salons fait ressortir quatre participations aux SAF. La mention de la ville de naissance dans les catalogues permet de restreindre la recherche. Il apparait clairement que Jeanne Caillet change de nom entre 1898 et 1904 ce qui marque un mariage et s’accompagne d’un changement d’adresse.

Changer de nom n’est pas anodin pour une artiste, car l’acte renvoie à un changement d’identité et efface une notoriété qui se construit sur la durée. De nombreux·ses artistes ne sont pas identifié·es auprès du public par leurs œuvres, mais sont connu·es par leurs noms figurant dans les catalogues. Afin de ne pas perdre sa reconnaissance, l’artiste opère une transition de son identité. Une des stratégies est de poursuivre la participation aux salons en évacuant le nom d’épouse. L’artiste considère alors son nom de jeune fille comme étant son identité d’artiste. Ces cas sont plus subtils, car le paradigme n’est signalé que par le changement de civilité11. Dans le cas de l’adoption du nom d’épouse dans les livrets, la précision du nom de naissance, par composition ou entre parenthèses, est courante. Il permet alors d’affirmer le nouvel état matrimonial tout en conservant la renommée acquise en tant qu’artiste.

Comparaison de deux entrées de la Base

Le paradigme indiciaire donne ainsi une fourchette chronologique. Il devient possible de trouver un acte de mariage. Il reste hors de question de dépouiller les tables décennales des 20 arrondissements d’autant que l’intervalle se situe à cheval sur deux tables12. Le dépouillement des vingt tables décennales risque de prendre un certain temps. La loi établie par le Code civil napoléonien restreint les champs de recherche. Sauf dérogation spéciale, le mariage se tient dans la commune du domicile d’un des deux époux13. De plus, au XIXème, la cérémonie du mariage fait l’objet d’une codification stricte. Si le choix est laissé aux organisateurs, le mariage se déroule traditionnellement dans la commune ou l’arrondissement de la jeune fille.

Un usage presque universel veut que le mariage soit célébré dans la paroisse de la mariée et par le curé de cette paroisse, ou par un prêtre muni d’une délégation spéciale14

Le passage entre le 65 boulevard Sébastopol et le 3 rue du Louvre marque bien la transition du domicile parental au domicile conjugal. Il est alors possible de concentrer l’attention sur la table du 1er arrondissement de Paris, où réside la famille Caillet et le mari. Dès lors il ne reste qu’à rechercher l’acte en lui-même.

Extrait de la table décennale des Mariages 1893-1902. Archive de Paris, 1er arr. D1M9 530
Archives Paris, registre des mariages, 1898, acte n°525 V4E 8054

Conclusion

Par sa densité, la Base Salons offre de nouvelles opportunités de recherches biographiques. Pourtant, elle ne se substitue pas aux catalogues physiques malgré la possibilité d’effectuer des recherches croisées. Elle est essentiellement pensée pour satisfaire à des requêtes nominatives. Bien que conçue comme un macro-outil, l’utilisation de la Base à des fins quantitatives reste délicate. Les limitations sont en partie liées à la structure de la base de données qui imposent un cadre de recherche.

  1. Présentation de la « Base Salons », Musée d’Orsay, 2016. https://www.youtube.com/watch?v=A6f_jtpdYPA [consulté le 27/11/22] . []
  2. Chevillot Catherine, Ibid. . []
  3. Martin-Fugier Anne, La vie d’artiste au XIXe siècle, Paris, L. Audibert, 2007, p. 222‑234 . []
  4. 398 catalogues au 21/11/2022 dont se trouvent hors Paris : Albi=4 ; Arras=6 ; Bar-le-Duc=3 ; Berlin=1 ; Besançon=7 ; Blois=16 ; Boston=1 ; Boulogne-sur-Mer=4 ;Bruxelles=2 ; Budapest=1 ; Cambrai=1 ; Carcassonne=4 ; Castres=1 ; Chicago=1 ; Cologne=1 ; Douai=12 ; Épinal=3 ; Genève=20 ; Honfleur=1 ; Le Havre=2 ; Lilles=5 ; Londres=1 ; Marseille=31 ; Montauban=2 ; Montpellier=10 ; Mulhouse=21 ; Munich=1 ; Nancy=1 ; New-York=1 ; Remiremont=3 ; Saint-Omer=2 ; Toulouse=43 ; Valencienne=10. []
  5. Base Les Sociétés des Amis des Arts, de 1789 à l’après-guerre, programme de recherche de l’INHA cloturé en 2019 Schaal Katia, « “Promouvoir les arts, soutenir les artistes et propager le goût”. Nouvelles sources et perspectives sur les Sociétés des Amis des Arts », AGHORA, 13 octobre 2021. []
  6. Lemercier Claire et Picard Emmanuelle, « Quelle approche prosopographique ? », in Laurent Rollet et Philippe Nabonnaud (dir.), Les uns et les autres. Biographies et prosopographies en histoire des sciences, Nancy, Presses universitaires de Nancy – Editions Universitaires de Lorraine, 2012, paragr. 2 . []
  7. Belgherbi Eva, « Rencontre avec les sources, rencontre des disciplines : envisager la recherche sur les femmes artistes dans l’histoire de l’art du XIXe siècle », Limoges, Pulim, 2021, p. 109 . []
  8. Bourdieu Pierre, « L’illusion biographique », Actes de la recherche en sciences sociales, 1986, vol. 62, no 1, p. 69‑72 . []
  9. Etienne Lylian, Les femmes artistes dans les expositions des beaux-arts en Lorraine entre 1860 et 1914 : modèles sociaux, stratégies et identités individuelles., These en préparation sous la dir. de L. Guignard et G. Le Gall, Université de Lorraine, Nancy, 2020 . []
  10. Société Lorraine des Amis des Arts, Catalogue de la XXXIVe exposition 1897, Imprimerie Coopérative de l’Est, 1897 . []
  11. Les mentions passent de « Mlle à Mme ». Elles sont plus difficiles à repérer, car les livrets comportent de nombreuses erreurs de civilité. []
  12. Ici les tables 1893-1902 et 1903-1912 pour 20 arrondissements. []
  13. voir : article 165 du Code Napoléon, édition originale et seule officielle, Paris, Imp. Impériale, 1808, p.45. []
  14. Staffe Blanche, Usages du monde : règles du savoir-vivre dans la société moderne (24e édition) / par la baronne Staffe, 24e édition., Paris, Victor Havard Ed., 1891, p. 37 . []

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Lylian Etienne (27 novembre 2022). Retrouver un acte de mariage grâce à la Base Salons. De l’utilisation de la Base Salons 1673-1914 du Musée d’Orsay en prosopographie 1/2. QuiDames peintresses. Consulté le 25 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/vn68


Lylian Etienne

Lylian Etienne est doctorant contractuel en histoire contemporaine à l’Université de Lorraine au Centre Régional Universitaire d’Histoire (CRULH). Sa thèse, co-dirigée par Laurence Guignard et Guillaume Le Gall, porte sur les femmes artistes dans les expositions des beaux-arts en Lorraine entre 1860 et 1914 : modèles sociaux, stratégies et identités individuelles. Ses recherches mêlent histoire du genre, histoire sociale et histoire de l’art par des approches quantitatives et connectées aux humanités numériques. Blog personnel : https://q2p.hypotheses.org/ Membre du Collectif JCCRULH : https://cjccrulh.hypotheses.org/ ; Contact : lylian.etienne@univ-lorraine.fr

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search