L’École gratuite de jeunes filles de Louise Thoret. Monographie d’une QuiDame de l’enseignement de la rue Madame.

Encart publicitaire pour l’Ecole Thoret (tirée de : Nathanaelle Tressol, « Formation artistique des femmes à l’Union Centrale des Arts Décoratifs : les débuts de l’École d’art (1897-1908) 1/3)

Abstract : Le nom de Thoret, est bien connu des spécialistes de femmes artistes du XIXème siècle pour avoir formé un grand nombre de peintresses dans la seconde moitié du siècle. Cet article vise à fournir de premiers éléments monographiques sur cette école à succès ouverte dans le 6eme arrondissement de Paris entre 1868 et 1900 sur la base de sources tirées de l’État civil, de conseils municipaux et de quelques articles de journaux.


Pour citer cet article : ETIENNE Lylian, « L’ École gratuite de jeunes filles de Louise Thoret. Monographie d’une QuiDame de l’enseignement de la rue Madame. », QuiDames peintresses, 05/06/2022, [date de consultation]


L’École gratuite de dessin pour jeunes filles de Louise Thoret, ouverte dans le courant des années 1860, est restée un centre majeur de l’enseignement du dessin jusqu’au tournant du siècle. L’atelier est connu des chercheurs sur les femmes du XIXème siècle pour le nombre important d’artistes étant passées par cette école. Ainsi le nom de Thoret est récurrent dans les catalogues d’expositions des salons de Paris, mais aussi dans ceux de province1. Un atelier d’importance donc, mais qui souffre de la faible quantité de sources le concernant.

Importante pour la formation artistique féminine, l’École Thoret est ouverte dans un contexte d’émulation professionnel pour les jeunes filles. Outre l’impulsion d’Elisa Lemonnier dès le début des années 1860, il faut compter avec la volonté de la municipalité de Paris, soucieuse de développer l’instruction populaire. Comme l’explique Renaud d’Enfert, de premières initiatives d’enseignement du dessin à visées professionnelles ont été lancées sous la Monarchie de Juillet. À l’origine philanthropiques, ces premières écoles ont posé les bases d’un réseau de formation féminin dans la capitale. Ce réseau est par ailleurs souvent calqué sur son équivalent masculin, plus dense, plus ancien et mieux financé2. Les années 1860 voient un fort investissement de la part de la municipalité de Paris. Une première école est créée en 1860 dans le neuvième arrondissement. En 1868, presque tous les arrondissements sont dotés d’une école subventionnée3 . C’est dans ce contexte qu’est ouverte la première école dirigée par Thoret.

Pour l’état de l’art, l’absence de sources mène souvent à des mentions « en passant » dans ce qui ressemble souvent à des listes à la Prévert. L’École Thoret n’a droit qu’à une moitié de bas de page dans Créatrices 1900 de Charlotte Fouchez-Zarmanian, l’autre moitié étant réservé à l’atelier Trélat4 . Cette note, malheureusement non sourcée, indique l’existence de « témoignages » faisant état d’une d’une discipline rigoureuse sans en préciser davantage. Encore plus lapidaire, Nathanaelle Tressol la cite entre Julie Pelletier-Dupont et Mme Roman-Gérôme lorsqu’il s’agit d’évoquer la concurrence déjà bien installée lors de la mise en place des cours de l’Union Centrale des Arts Décoratifs5. Cependant la concurrence de Thoret doit être relativisée du fait de la chronologie et la période d’activité de Thoret. Les années 1890 sont marquée par l’émergence des cours du Comité des Dames de l’Union Central des Arts Décoratif. Après plusieurs expositions durant la décennie, le succès est éclatant lors de l’Exposition Universelle de 1900. C’est précisément cette même année où Louise Thoret cède son école alors que les cours du Comité s’étoffent.

La démarche de cette étude s’appuie sur des « traces » éparpillées dans la presse, dans les rapports de conseils municipaux, registres d’état civil ainsi que sur les mentions d’enseignements dans les catalogues d’expositions. Ces sources assez communes et en décalage avec l’objet étudié, sont rendues exploitables grâce à l’évolution de la technologie. La méthodologie s’est en effet activement appuyée sur l’exploitation des algorithmes mis en place par RetroNews et Gallica de la Bnf, ainsi que sur ce condensateur de plateformes qu’est Généanet. Le croisement des plateformes numérisées et l’utilisation des algorithmes de reconnaissance de caractères permettent l’exploitation de ces « nouvelles » sources jusqu’ici inaccessibles par dépouillement classique. Cette démarche de recherches questionne cependant la place du chercheur, qui est désormais en dehors des fonds d’archives. Ainsi, ce court article, en se voulant monographique, cherche à combler un hiatus dans la constellation des études d’ateliers ouverts aux femmes.

Une directrice au profil archétypal

On ne sait presque rien de la personne de Louise Thoret, excepté les quelques nécrologies et les documents de l’État civil, qui permettent de reconstituer un profil archétypal. En effet, celui-ci correspond parfaitement à l’image de la directrice d’école de dessin tel que le XIXe la conçoit. Louise Thoret a toutes les ressources pour plaire à l’administration de l’instruction sous l’Empire et la République. Elle est née à Toulouse en 1828 dans un milieu bourgeois6. Son père, Jean Baptiste Charles Gauldrée Boilleau, était colonel d’artillerie au 8eme régiment. Sans doute que ses origines issues d’un milieu militaire rassuraient l’administration quant à la tenue d’une école. C’est certainement son père qui lui transmet le goût de l’art, lui-même étant peintre amateur. Il expose ainsi à Toulouse en 1827 deux lots de paysages à l’huile7. Malheureusement, on ne sait pas auprès de qui la jeune Gauldrée Boilleau a poursuivi sa formation.

Louise Gauldrée Boilleau d’après Andrea Solario, Vierge allaitant, 1873, huile sur toile, 60 X 49 cm, Saint-Béat.
(c) Inventaire général Région Occitanie

En parallèle de sa charge de directrice, il semble que Louise Thoret à poursuivi ses activités d’artiste peintre. La commune de Saint-Béat (Haute-Garonne) conserve d’elle une Vierge allaitant d’après Andrea Solario datée de 18738. Déjà mariée à l’époque, la signature sous son nom de jeune fille laisse à penser qu’elle l’utilisait pour ses activités artistiques. C’est la seule trace d’une activité artistique que l’on conserve d’elle9. La nécrologie rédigée par Louis Hista pointe une longue carrière dans l’enseignement qui se termine par sa mise en retraite en 190010. Louise Thoret se marie à une date et lieu inconnu avec François Charles Thoret. Lui-même issu d’une famille bien implantée dans l’administration de l’État, il était au moment de son décès en 1886, sous-chef au ministère de l’intérieur11. Ensemble ils ont un fils qui fit carrière dans la marine militaire12.

Trois adresses, deux ateliers ?

Si la biographie de Thoret reste très lacunaire, divers documents liés à son établissement permettent de retracer un semblant de chronologie. Souvent cité dans le 6ème arrondissement, l’atelier a en fait déménagé plusieurs fois. Avant de se fixer définitivement au 3 Madame, il s’est d’abord trouvé dans le 14ème arrondissement au 10 Mouton-Duvenet13. L’Annuaire de la gazette des Beaux-arts de 1870 indique en effet que ce cours a été ouvert en 1864 à cette adresse avec la participation d’un professeur pour la peinture sur émail.

« Créé en 1864, ce cours est dirigé par Mme Louise Thoret, assistée d’un maître spécial pour la décoration de la porcelaine.

Programme d’enseignement : ornement, figure, paysage, fleurs d’après les estampes, ornement et figure d’après la bosse, fleurs d’après nature. Peinture de fleurs sur porcelaine, peinture à la gouache sur éventails et sur écrans. Peinture à l’Huile.

Cours les lundi, jeudi et samedis, de 1 heure à 4 heures l’hivers, et de 2 heures à 3 heures l’été.14 »

Cependant le même encart, donne pour maitresse de ce cours une certaine Mme Quivoron et dont la plage horaire a été réduite aux jeudis matin. Il se peut qu’il ne s’agisse pas de l’École Thoret à proprement parler mais d’une première tentative d’installation d’atelier qui aurait été ensuite légué (vendu ou loué) à une autre enseignante quand Thoret est devenue directrice de l’établissement que l’on connaît

L’École municipale subventionnée de jeune fille a vraisemblablement été ouverte en premier lieu au 21 rue du Vieux-Colombier dans le 6ème arrondissement, l’adresse étant attestée de manière certaine en 187415. C’est notamment à cette adresse que de nombreuses jeunes filles suivront des cours, dont Mélanie Balleyguier-Duchatelet en 1878 qui écrit :

« Mais j’eus bientôt ma carte d’exposante [au Salon de Paris], à 16 ans, pour une grande tête d’Italien faite au cours de Mme Thoret dans l’atelier qui fut remplacé par le théâtre du Vieux-Colombier16. »

Louise Thoret reste au Vieux-Colombier jusqu’en 1887 date à laquelle elle est veuve depuis deux ans. C’est en effet l’adresse du Vieux colombier qui est donnée sur l’acte de mariage de son fils Norbert Charles le 3 mai 188617.

Elle déménage peu après pour l’adresse rue Madame qui est finalement restée à la postérité. Dans une annexe du Conseil municipal de Paris de 1887, Louise Thoret est mentionnée comme étant logée aux frais de la mairie dans les locaux de l’École rue Madame. Le déménagement aurait donc eu lieu entre le mariage de son fils et ce rapport18. Les raisons de ce déménagement sont simples. Venait d’être inaugurée le 8 janvier, le « nouveaux groupe scolaire » aux numéros 3, 5 et 7 de la rue Madame19. C’est dans une école flambant neuve que Thoret emménage immédiatement après l’inauguration, marquant son enracinement dans l’enseignement du 6ème arrondissement.

« Faits divers », Le Temps, 10/01/1887 p. 3.
https://www.retronews.fr/embed-journal/le-temps/10-janvier-1887/123/766757/3

L’ École municipale de dessin du Vieux Colombier a été ouverte en 1868. C’est en effet ce que laisse penser une artiste, autrice de la nécrologie de Thoret dans la femme en 1912 :

« Une femme de bien vient de mourir, dont la disparition éveillera dans le cœur de beaucoup de bons et fortifiants souvenirs, Mme Thoret, qui, de 1868 à 1900, a dirigé à Paris, avec une vaillance et une activité inlassables, l’École de dessin de la ville, du VI arrondissement, s’est éteinte chez son fils, à Cherbourg, dans sa 84ème année.

Je ne veux pas dire ici la reconnaissance de celles qui ont appris dans le grand atelier de la rue Madame ce que c’était que le travail, ce qu’on lui devait, et ce qu’il vous donnait en retour. [sic.]20 »

Cependant Suzanne Leudet ne mentionne pas le Vieux Colombier. Elle serait née en 1868 d’après le Bénézit21, et aurait eu 19 ans en 1887. Nous avons vu que c’est à cette date que l’École déménage rue Madame et que la biographe semble avoir fréquentée : « […] et nous marchions…, cherchant à dessiner impeccablement quelque figure antique ou quelque beau vase romain22. » Il est probable que Leudet, trop jeune à l’époque, n’ait pas connu l’ancienne adresse du Vieux Colombier et ainsi oublie de la mentionner.

Louise Thoret prend sa retraite en 1900 après avoir choisi quelqu’un pour lui succéder. Cette succession a laissé des traces dans le Bulletin municipal, la nomination d’une directrice devant être approuvé en conseil municipal23. Les délibérations rapportées laissent entendre que la candidate ait été présentée par Louise Thoret elle-même alors que Célina Ormeaux avait déjà pris ses fonctions. Il résulte clairement d’une entente entre elles avec accord informel de la mairie :

« […] il résulte des renseignements fournis et de l’aveu des intéressées que Mme Thoret a abandonné les locaux qu’elle occupait et que Mme Ormeaux en a pris possession avant toute délibération du Conseil et avant même toute pétition, pour la rentrée des cours, en octobre24. »

Mise devant le fait accompli, l’administration municipale n’a d’autres choix que d’approuver la décision de Louise Thoret et de transférer ses anciens privilèges à la nouvelle directrice.

Les différentes traces permettent ainsi de reconstituer une chronologie sommaire :

Louise Thoret aurait ouvert un premier atelier dans le quatorzième en 1864. Forcée de l’abandonner, elle l’aurait cédé en 1868 pour prendre la direction de l’ École subventionnée rue du Vieux Colombier. L’établissement aurait été déménagé rue Madame début 1887 sûrement pour concentrer l’enseignement des garçons et de filles dans un bâtiment unique25. En 1900, Louise Thoret prend sa retraite et la direction de l’École échoit à une certaine Célina Ormeaux.

Succès aux examens

À en croire les mémoires de Mélanie Balleyguier-Duchatelet, l’école n’accueille pas uniquement des jeunes filles d’origines modestes, puisqu’elle même évolue dans une famille d’architectes26

L’École jouit d’un statut particulier qui paraît s’être maintenu sous la République : Il s’agit d’une école libre, donc qui ne dépend pas directement du ministère de l’instruction publique, mais qui est subventionnée à hauteur de 3000 Fr/an par la commune de Paris. Cette subvention peu élevée est justifiée par les locaux qui sont pris en charge par la mairie. Les subventions allouées par la municipalité sont conditionnées par un enseignement gratuit, au moins partiellement. S’y côtoient donc des élèves inscrites à titre gratuit, ainsi que des élèves payantes de statut social plus aisé. En 1883 à l’adresse du Vieux Colombier, elles étaient 140 inscrites dont 60 gratuites27. Le rapport de 1893, rue Madame cette fois, donne 54 élèves payantes pour 69 gratuites28. Les rapports des autres années ne donnent que le nombre d’élèves inscrites à titre gratuit mais qui reste à peu près constant29.

En 1893, lors des délibérations de répartitions des subventions de la ville pour les écoles, ce petit rapport est fait sur la tenue des cours et ne tarit pas d’éloges sur les compétences de Thoret30. La méthode enseignée semble particulièrement efficace si l’on considère les palmarès aux concours. Cette source indique plus loin que 80 professeurs de la ville sortent de ces cours et que lors de l’année 1892, l’École avait formé la moitié des jeunes filles reçues à l’examen des beaux-arts de première année, du degré supérieur et des écoles normales. Le rapport précise qu’une grande partie sortait des cours gratuits.

Le succès des élèves aux examens suscite des jalousies avec soupçons de favoritisme de la part de la commission. Un lecteur anonyme du journal XIXème siècle se plaint ainsi de l’évincement des autres établissements et pointe le trafic d’influence de Thoret auprès de la commission :

« Les concours pour les certificats d’aptitude à l’enseignement du dessin premier degré et degré supérieur (qui donnent droit à enseigner dans les lycées) viennent, comme les années précédentes, d’offrir cette particularité que pour les candidates il n’y a que celles présentées par la rue Madame qui sont reçues. […] Dans tous les cours de dessin, on se dit : Si vous voulez avoir vos examens, allez quelque temps chez Mme Thoret, elle est toute-puissante auprès de la commission31. »

L’article transpire la frustration mais il faut reconnaître qu’il va dans le même sens que les rapports de conseils municipaux. L’École de Thoret est en situation de quasi-monopole en ce qui est de réussites aux examens de l’enseignement du dessin du lycée.

Une école par arrondissement

Louise Thoret s’insère dans un échiquier bien plus vaste de cours destinés aux jeunes filles et subventionnés par la mairie. Les écoles Mac-Nab rue Milton dans le 9ème arrondissement ou Delphine de Cool rue Bouloi en sont des exemples. Si l’histoire des écoles de dessin financées est assez bien connue, leur impact global sur la formation des artistes exposant aux salons reste à mesurer.

Annexe au rapport sur les subventions aux écoles libres de dessin », in Rapport du Conseil municipal de Paris, Paris, Imprimerie municipale, 1887, p. 4
https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k64274787/f4.item

On se contentera ici de situer Thoret parmi les autres écoles du même type. Elle a droit à plusieurs traitements de faveur en comparaison des autres directrices et ces faveurs témoignent de la reconnaissance que lui porte la mairie. En 1887, lorsque Thoret prend possession de ses nouveaux locaux, les écoles subventionnées sont au nombre de 1432. Louise Thoret est clairement la mieux lotie puisqu’elle est la seule à être logée à titre personnel par la mairie. Ce traitement de faveur date même du Vieux Colombier en 1868-186933. Quatre autres écoles se tiennent dans des locaux mis à disposition par la mairie et le reste n’a droit qu’à des subventions. De même, Thoret fait partie des mieux dotées avec ses 3 000 francs par an, les autres écoles ne dépassant pas les 4 00034.

Enseignement et professeurs

L’enseignement ne se destine cependant pas qu’aux concours, comme le prouve la présence de Mélanie Balleyguier-Duchatelet. De nombreuses élèves suivent aussi ces enseignements pour se consacrer à une carrière d’artiste peintre. Cependant, l’obtention d’un diplôme de professeur de dessin, quel que soit le niveau, offre une sécurité financière non négligeable pour n’importe quel artiste. Nous ne disposons que de très peu de sources quant aux contenus des cours donnés, excepté quelques encarts publicitaires et de ce qui est rapporté dans les conseils municipaux déjà cités. Ces sources laissent à penser que les cours visent également les industries de luxe, ou des arts décoratifs :

« Les cours comprennent la perspective, la composition décorative, l’anatomie, l’histoire de l’art, la peinture sur faïence, sur émail, sur étoffes et l’aquarelle35. »

En réalité, l’enseignement diffère assez peu de ce que les écoles de dessin pour jeunes filles pouvaient proposer dans les années 1830/40 voire même les années 181036. La force de Thoret est de savoir s’entourer de professeurs compétents afin de fournir un enseignement spécialisé de qualité :

« Mme Thoret paie pour certaines de ses élèves des cours particuliers de perspective et d’anatomie37. »

Ces cours d’anatomie et de perspective coûtent à l’élève entre 1Fr et 1,5Fr par mois. Les rapports sont particulièrement sensibles à ce type d’engagement, à une époque où la République cherche à distinguer ses agents38.

Analyse de réseaux

L’unique source dont nous disposons pour relever les possibles collaborations avec Louise Thoret reste les catalogues d’exposition des beaux-arts. Il s’agit de s’appuyer sur les professeurs revendiqués par les exposantes dans les entrées de ces catalogues. En relevant toutes les artistes se réclamant de l’École Thoret, on est en mesure, par récurrence de mentions d’autres professeurs, d’en déduire ces éventuels intervenants.

Analyse de réseau des élèves issues de l’Atelier Thoret (1868-1914) (données Base Salons et expositions de groupe 1673 – 1914)
(c) Lylian Etienne, Logiciel Gephi)

La démarche s’appuie sur la création d’un graph orienté, centré sur la personne de Thoret. Les données utilisées sont issues de la base Salons du Musée d’Orsay gracieusement fournies par l’équipe en charge de la constitution de la base. L’export prend la forme d’un tableau à 1079 entrées, une pour chaque participation aux expositions. Une fois nettoyées, les données donnent 224 artistes pour 123 professeurs différents, sans compter Thoret, reliés ensembles par 546 liens39.

Le corpus obtenu n’est pas représentatif de l’intégralité des élèves de Thoret. Bien qu’il ne reflète que les jeunes filles ayant poursuivi une carrière artistique, il est néanmoins suffisant pour identifier les intervenants éventuels. Pour cela, il faut se concentrer sur les élèves regroupés entre Thoret au centre, et les professeurs plus en périphérie40. Un nombre élevé d’élèves équidistantes entre Thoret et un enseignant marque une collaboration ou une cooptation. En revanche un éclatement des élèves au sein du graph traduit davantage des volontés d’insertion professionnelle par des apprentissages variés.

Henry Dessart et ses élèves communes avec Thoret. Le grand nombre de points très regroupés et équidistants entre les deux professeurs pointent vers une collaboration très étroite. (données Base Salons et expositions de groupe 1673 – 1914)
(c) Lylian Etienne, Logiciel Gephi)

Quatre professeurs ressortent alors nettement. Notre attention se porte surtout sur H. Dessart qui revient de façon récurrente dans les mentions de professeurs. Une recherche dans la base Salons d’Orsay indique un nombre élevé d’élèves, tous de sexe féminin. La quasi-totalité de ces exposantes sont devenues peintres sur porcelaine. L’unique artiste exposant à Paris sous ce nom est Henry Dessart, sur lequel aucune documentation n’est disponible. Il prend part à quelques expositions entre 1855 et 1878. Né à Paris en 1832, il est de la même génération que Thoret. Il est peut-être le spécialiste de la porcelaine mentionné dans la l’Annuaire de la gazette des beaux-arts en 187041. Ensuite, Gabrielle Debillemont-Chardon, réputée pour enseigner la peinture sur miniature, a déjà été relevée dans une précédente analyse de réseau pour sa proximité avec Thoret42. L’artiste peintre Philippe Parrot fait également un bon candidat. Plus problématique, Marcel Baschet est un peintre ayant eu de nombreuses élèves, notamment à l’Académie Julian. Ses multiples enseignements brouillent l’analyse.

Conclusion

En 1900, lorsque Louise Thoret prend sa retraite à 72 ans, c’est après une carrière longue de près de 40 années. Il est impossible de quantifier le nombre d’élèves qu’elle a pu former. Les statistiques données plus haut marquent 224 exposantes aux salons, un nombre d’autant plus élevé, que leurs participations se situent entre 1875 et 1912 et ne concernent que les expositions parisiennes.

Quant aux autres écoles, bien qu’elles aient sûrement formé moins d’artistes, leur poids, dont on peine à prendre la mesure, reste considérable. Une étude systématique sur les autres établissements et leurs élèves permettrait de dessiner de délimiter les contours d’un réseau féminin de formation.

Remerciements

Je tiens particulièrement à remercier Monsieur J.-C. F. pour son aide, ses recherches documentaires étant toujours d’une extrême efficacité. Merci également à l’équipe de la Base Salons du Musée d’Orsay pour m’avoir fourni les données ayant constituées le graph.

Miniature d’illustration tirée de : Nathanaelle Tressol, « Formation artistique des femmes à l’Union Centrale des Arts Décoratifs : les débuts de l’École d’art (1897-1908) 1/3.

  1. Lylian Etienne, « Les lorraines et leurs professeurs de peinture. Une application de la théorie des réseaux en histoire de l’art », QuiDames peintresses, 2022.

    En ligne : https://q2p.hypotheses.org/65 [consulté le 28/05/2022] []

  2. Renaud d’Enfert, « Une institution « éminemment utile et moralisatrice » : les écoles de dessin pour femmes et jeunes filles (Paris, 1800-années 1860) », in Carole Christen et Laurent Besse (dir.), Histoire de l’éducation populaire, 1815-1945, Presses universitaires du Septentrion, 2017, p. 178. []
  3. Ibid []
  4. Charlotte Foucher-Zarmanian, Créatrices en 1900. Femmes artistes en France dans les milieux symbolistes., Paris, Mare & Martin, 2015, p. 196. []
  5. Nathanaelle Tressol, « Formation artistique des femmes à l’Union Centrale des Arts Décoratifs : les débuts de l’École d’art (1897-1908) 1/3 ».

    En ligne : https://bibartsdecos.hypotheses.org/195 [Consulté le 28/05/2022] []

  6. Archives municipales de Toulouse, 1E304, registre d’Etat civil des naissances, Naissance de Gauldrée-Boilleau, 1828, acte n°1884

    basededonnees.archives.toulouse.fr/4DCGI/WEB_RegistreVisuImgAppelExterne/324428_1E304/ILUMP9999 [Lien valide le 28/05/2022] []

  7. Exposition des Produits des Beaux-Arts et de l’Industrie : Dans les Galeries du Capitole à Toulouse le 20 mai 1827. Seconde édition, 1827, p. 13.

    En ligne sur Gallica : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5340620n/f17.item []

  8. Tableau et son cadre : La Vierge au coussin vert, https://www.pop.culture.gouv.fr/notice/palissy/IM31000044, consulté le 28 mai 2022. []
  9. Sur la pratique de la copie est ses retombées économiques pour les peintres, lire Séverine Sofio, « Les vertus de la reproduction: Les peintres copistes en France dans la première moitié du XIXe siècle », Travail, genre et sociétés, 2008, No 19, no 1, p. 23. []
  10. L. Hista, « Nécrologie », Le Moniteur du dessin, de l’architecture & des beaux-arts : revue mensuelle : organe des architectes, ingénieurs, professeurs de dessin des industries artistiques et des candidats aux écoles du gouvernement, avril 1912, 04/1912 p.76 []
  11. Archives Paris, V4E 7213, Actes d’états civils des décès, Décès de Thoret, 15eme arrondissement, 06 février 1884, acte n°427. []
  12. Archives Paris, V4E 5650, Actes d’états civils des mariages, Mariage de Thoret et Madaule, 4e arrondissement, 03 mai 1886, acte n°319. []
  13. Annuaire publié par la Gazette des beaux-arts : ouvrage contenant tous les renseignements indispensables aux artistes et aux amateurs, Paris, 1870, p. 288.

    En ligne : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6207923z/f298.item []

  14. Ibid []
  15. « Union centrale – Liste des récompenses décernées aux Ecoles – Médailles d’or », La Petite presse : journal quotidien, 05/01/1874 p. 3.

    En ligne : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k47132701/f3.item []

  16. M. Balleyguier-Duchatelet, Ma petite patrie, la rive gauche, Paris, P. Lethielleux, 1851, p. 13.

    Pour une question de facilité d’accès on se réfèrera à la version PDF et augmentée par Jean-Marie Balleygier mise en ligne en 2017. La pagination se réfère à cette version. Le chercheur consciencieux consultera l’original à la Bnf que je n’ai pu me procurer.

    En ligne : http://devoirsdarchitecte.e-monsite.com/medias/files/ma-petite-patrie-la-rive-gauche-2017.pdf (Lien valide le 27/05/2022] []

  17. Archives Paris, V4E 5650, Actes d’états civils des mariages, Mariage de Thoret et Madaule, 4e arrondissement, 03 mai 1886, acte n°319. []
  18. « Annexe au rapport sur les subventions aux écoles libres de dessin », in Rapport du Conseil municipal de Paris, Paris, Imprimerie municipale, 1887, p. 4. []
  19. « Faits divers », Le Temps, 10/01/1887 p. 3. []
  20. Suzanne Leudet, « Nécrolgie », La Femme, 01/10/1912 p. 160.

    En ligne : https://www.retronews.fr/embed-journal/la-femme/1-octobre-1912/36/5611146/16 [consulté le 27/05/2022] []

  21. « Leudet, Suzanne », Benezit Dictionary of Artists.

    En ligne : https://doi.org/10.1093/benz/9780199773787.article.B00108679 [consulté le 27/05/2022] []

  22. Suzanne Leudet, « Nécrolgie », op. cit., p. 160. []
  23. « Autorisation à Mme Ormeaux d’occuper à titre précaire les locaux de la rue Madame, 5, affecté au cours de dessin de Mme Thoret », in Bulletin municipal officiel de la Ville de Paris, Paris, Imprimerie municipale, 1900, p. 4115.

    En ligne : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6474680f/f15.item []

  24. Ibid. []
  25. Le bâtiment rue Madame, à Paris est aujourd’hui le Lycée public technologique Maximilien-Vox. L’immeuble aborde encore sur sa façade au-dessus de l’entrée au 5 « Entrée des garçons » et au-dessus d’une fenêtre à côté « cours normaux de dessin ». []
  26. M. Balleyguier-Duchatelet, Ma petite patrie, la rive gauche, op. cit. []
  27. « Conseil municipal de Paris », in Rapport – Subventions à l’enseignement artistique., Paris, 1883, p. 121.

    En ligne : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6454075h/f120.item. []

  28. « Rapport Présenté par M. J.B. Piperaud, au nom de la 4e commission sur les subventions à attribuer aux écoles de dessin », in Rapport du Conseil municipal de Paris, Paris, Imprimerie municipale, 1893, p. 3‑4. []
  29. « Rapport au nom de la 4e commission sur la répartition du crédit pour les subvention, en 1900, à diverses écoles libres de dessin pour les femmes et les jeunes filles, présenté par Léopold Bellan », in Conseil municipal de Paris, Paris, Imprimerie municipale, 1900, p. 3‑4. []
  30. « Rapport Présenté par M. J.B. Piperaud, au nom de la 4e commission sur les subventions à attribuer aux écoles de dessin », op. cit.

    En ligne : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6411285j/f1224.item. []

  31. « Les certificats d’aptitude à l’enseignement du dessin », Le XIXe siècle, 20/08/1892 p. 3.

    En ligne : https://www.retronews.fr/embed-journal/le-xixe-siecle/20-aout-1892/29/1126873/3 []

  32. « Annexe au rapport sur les subventions aux écoles libres de dessin », op. cit., p. 4.

    En ligne : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k64274787/f4.item []

  33. « Conseil municipal de Paris », op. cit., p. 119‑125.

    En ligne : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6454075h/f118.item []

  34. La mairie justifie un financement moindre par le fait que le local est payé par la mairie. Cependant si l’on considère que Delphine de Cool loue son local environ 1500 francs à l’année, Thoret s’en sort plutôt bien ! []
  35. « Rapport au nom de la 4e commission sur la répartition du crédit pour les subvention, en 1900, à diverses écoles libres de dessin pour les femmes et les jeunes filles, présenté par Léopold Bellan », op. cit., p. 4. []
  36. Renaud d’Enfert, « Une institution « éminemment utile et moralisatrice » : les écoles de dessin pour femmes et jeunes filles (Paris, 1800-années 1860) », in Carole Christen et Laurent Besse (dir.), Histoire de l’éducation populaire, 1815-1945, Presses universitaires du Septentrion, 2017, p. 174‑176. []
  37. « Rapport Présenté par M. J.B. Piperaud, au nom de la 4e commission sur les subventions à attribuer aux écoles de dessin », op. cit., p. 4.

    En ligne : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6411285j/f1224.item. []

  38. Marianne Thivend, « L’école républicaine et ses héros. Les institutrices et instituteurs décoré(e)s des « Palmes académiques » au début de la Troisième République », in La fabrique de l’honneur: Les médailles et les décorations en France, XIXe-XXe siècles, Presses universitaires de Rennes, 2009, p. []
  39. Pour plus de détails sur la démarche en elle-même : Lylian Etienne, « Les lorraines et leurs professeurs de peinture. Une application de la théorie des réseaux en histoire de l’art », QuiDames peintresses, 2022. []
  40. La taille des points est proportionnel au nombre d’élèves connectés Pour une question de lisibilité, le point de Thoret a été réduit de moitié. C’est le seul à ne pas être proportionnel. []
  41. Annuaire publié par la Gazette des beaux-arts, op. cit. []
  42. Lylian Etienne, « Les lorraines et leurs professeurs de peinture. Une application de la théorie des réseaux en histoire de l’art », op. cit. []

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Lylian Etienne (5 juin 2022). L’École gratuite de jeunes filles de Louise Thoret. Monographie d’une QuiDame de l’enseignement de la rue Madame. QuiDames peintresses. Consulté le 25 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/vn67


Lylian Etienne

Lylian Etienne est doctorant contractuel en histoire contemporaine à l’Université de Lorraine au Centre Régional Universitaire d’Histoire (CRULH). Sa thèse, co-dirigée par Laurence Guignard et Guillaume Le Gall, porte sur les femmes artistes dans les expositions des beaux-arts en Lorraine entre 1860 et 1914 : modèles sociaux, stratégies et identités individuelles. Ses recherches mêlent histoire du genre, histoire sociale et histoire de l’art par des approches quantitatives et connectées aux humanités numériques. Blog personnel : https://q2p.hypotheses.org/ Membre du Collectif JCCRULH : https://cjccrulh.hypotheses.org/ ; Contact : lylian.etienne@univ-lorraine.fr

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Julie Epron dit :

    Bonjour Monsieur,
    Tout d’abord, je suis ravie d’avoir pu trouver quelques informations concernant Louise Thoret grâce à votre travail. Et je vous en remercie.
    En effet, j’ai fait l’acquisition d’une toile, signée L. Thoret, et daté de 1871, ou peut être 1891. J’étais très curieuse d’en retrouver l’origine.
    Si vous cela vous intéresse, je peux vous en envoyer une photo.

    Bien cordialement
    Julie Epron

    • Lylian Etienne dit :

      Bonjour,
      Merci pour votre message.
      Je suis très intéressé par l’œuvre en votre possession car, comme je l’ai écrit, nous n’en conservons pas de sa main. La date en revanche m’intrigue car si votre toile est bien d’elle, cela signifie qu’elle signait indistinctement de son nom de mariage et de jeune fille, ce qui risque de compliquer la recherche d’autres œuvres.
      Cordialement,
      LE.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search